Thank God for Mental Illness
« Ta voix. Tes yeux.
Tes mains. Tes lèvres.
Nos silences. Nos paroles.
La lumière qui s’en va.
La lumière qui revient.
Un seul sourire pour nous deux.
Par besoin de savoir, j’ai vu la nuit créer le jour sans que nous changions d’apparence.
Ô bien aimée de tous et bien aimée d’un seul, en silence ta bouche a promis d’être heureuse.
De loin en loin dit la haine,
de proche en proche dit l’amour.
Par la caresse, nous sortons de notre enfance.
Je vois de mieux en mieux la forme humaine, comme un dialogue d’amoureux.
Le cœur n’est qu’une seule bouche. Toutes les choses au hasard,
tous les mots dits sans y penser,
les sentiments à la dérive.
Les hommes tournent dans la ville.
Le regard,
la parole
et le fait que je t’aime.
Tout est en mouvement,
il suffit d’avancer pour vivre,
d’aller droit devant soi,
vers tout ce que l’on aime.
J’allais vers toi,
j’allais sans fin vers la lumière.
Si tu souris, c’est pour mieux m’envahir.
Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard. »
Paul Eluard.
Thank God for Mental Illness
+
ayearofdeepcreek:

Bruno Barbey



Goa. Hippies.
+
+
newpopunderground:

Rock n Roll Hurricane
Anton Newcombe of Brian Jonestown Massacre
+
areyoufriendswithyourexs:

untitled by Randy P. Martin on Flickr.
+
+
areyoufriendswithyourexs:

. by Careless Edition on Flickr.
+
oix:

magical hour by tarobaugnon on Flickr.
+
+
+
inmood08:

Lillian Bassman, Wonders of Water in Harper’s Bazaar, 1959